École La Mache. Le premier apprentissage est celui du métier d'Homme

Accueil
>
Actualités
>
Bol de riz 12 février 2016

Bol de riz 12 février 2016

Le vendredi 12 février 2016, l’Ecole La Mache a organisé son traditionnel « bol de riz » au profit de l’association Femmes Vivantes qui s’occupe de déshérités, d’enfants malnutris.

L'association

Le vendredi 12 février 2016, pendant la première semaine du Carême, l’Ecole La Mache a organisé son traditionnel « bol de riz » au profit d’une association s’occupant de déshérités, d’enfants malnutris : l’association Femmes Vivantes, petite structure oeuvrant pour les femmes et les enfants de Centrafrique en très grande pauvreté.

Participation des élèves

Ce premier vendredi de Carême, le temps n’était pas au rendez-vous, avec un froid très vif, un vent piquant et mordant, mais les élèves ont joué le jeu et nombre d’entre eux ont bravé les conditions météorologiques peu agréables  pour venir prendre cet unique plat symbolique dans la cour. Un grand merci à eux pour leur soutien solidaire et pour cette main tendue aux plus pauvres, par-delà les frontières et  la couleur de peau.

Rôle de l'association

La présidente de Femmes Vivantes est passée, dans la semaine précédant le 12 février et le jour-même de l’action, dans cinq classes pour faire un peu de pédagogie autour de questions aussi variées que l’aide au développement, l’humanitaire, les enjeux Nord-Sud, la colonisation ou même les maladies tropicales. Les élèves ont été particulièrement attentifs et intéressés. L’objectif était également de mettre l’accent sur le rôle prépondérant joué par les communautés religieuses chrétiennes missionnaires dans ces coins du monde reculés, premières communautés engagées auprès des populations locales depuis le XIXème siècle.

Le Pape François en Centrafrique

Il est impossible d’achever ce compte rendu sans évoquer la présence du Pape François, fin novembre, sur cette lointaine terre d’Oubangui Chari, dont le premier président après la décolonisation, Barthélémy  Boganda, originaire de la Lobaye en plein forêt équatoriale, fut le tout premier prêtre catholique indigène ordonné, le 27 mars 1938. Le message de paix et de réconciliation du Saint Père en direction des communautés religieuses a été plus bénéfique pour la reconstruction de la fraternité entre les communautés religieuses et ethniques de Centrafrique que tous les dispositifs internationaux mis en place au titre du maintien de la paix.

Annie Forest

Téléphone : 04.72.78.55.55